par Caroline WIGT, ostéopathe D.O. et Véronique GARIN, ostéopathe D.O.

 

Introduction

Pour l’opinion publique, se faire craquer une articulation à répétition est néfaste : apparition précoce d’arthrose, aspect traumatisant sur les structures articulaires… Mais est-ce vraiment le cas ? Comment réagir face à un patient qui se fait sans cesse craquer le dos pour atténuer ses douleurs ?

Notre étude porte sur le craquement articulaire, qu’il soit entrainé par une manipulation vertébrale ou provoqué par le sujet lui-même.

Notre hypothèse est que le bruit articulaire modifie la micro mobilité de l’articulation (au moins de façon transitoire), et explique la sensation de bien être ressentie par le patient une fois le « crack » obtenu.

Nous cherchons à montrer les répercutions du craquement articulaire sur la mobilité vertébrale. Nous voulons également savoir, si ces répercutions sont identiques lorsque le craquement est volontaire (provoqué par le patient) ou provoqué par l’ostéopathe.

Cet article a été publié intégralement dans La Revue des Ostéopathes, janvier 2010, n°85, 28-43.

Share →